Boulevard de la Fraternite

Images par Jean-Philippe Hemery ................................................ à Brigitte

22 Décembre 2015 | Estuaire | Saint-Nazaire


L’homme qui zoome sur les personnes de l’ombre, ces “gens d’à côté”.

« Depuis que je suis enfant, je photographie la rue et mes contemporains dans la cité. Tout jeune, je faisais principalement des photos de nuit, fasciné par la solitude qu’elles peuvent traduire. J’aime témoigner de ce que je vois au hasard des rencontres ou lors de croisements provoqués », nous confie Jean-Philippe Hemery. S’il a acheté son premier labo photo à 14 ans et exposé ses clichés à à peine 21 ans, c’est la profession d’infographiste qu’il a choisi d’exercer, préférant protéger sa passion d’un champ de liberté. C’est pourtant elle qui lui fait arpenter sans répit les villes, et surtout la sienne, Saint-Nazaire la portuaire.

C’est ainsi qu’elle l’a entraîné vers la gare, place de l’Amérique latine, au Bon Passage, au bord du bassin de la Mairie, dans des squattes éphémères ou quasi installés en communautés… et qu’il a arrêté ses pas au coin des trottoirs où ces hommes et femmes dessinent des silhouettes dont il est plus facile de détourner les yeux. « Ils sont là, dans la rue, de plus en plus nombreux. La vie est difficile, alors personne ne s’étonne plus de leur présence. On presse un peu l’allure en passant devant eux », écrit-il sur son blog. C’était en 2011. Depuis, certains sont “partis”, d’autres ont rejoint les bancs de l’exclusion : avons-nous vu la différence ?

Probablement pas. Ils font partie du paysage urbain, presque du décor, on remarque souvent à peine leur présence, rarement leur absence. Il s’appelait Bruno Duhil, ils s’appellent Gheorg, Stan ou Karine, ils ont décroché ou jamais accroché le train, on ne le saura pas. Durant presque deux ans, Jean-Philippe Hemery a discuté avec eux, une centaine de personnes en tout, qui, par pudeur ou par souffrance, ne lui ont jamais révélé leur vie privée, mais ont échangé de tout et de rien, et se sont laissé photographier, au fil d’un apprivoisement mutuel. Certains sont même venus vers lui pour demander à ne pas être oubliés.

De tous ces clichés pris en couleur, Jean-Philippe Hemery a tiré une série de portraits* retravaillés en noir et blanc qu’il a intitulée Boulevard de la Fraternité. Il en a aussi offert un agrandissement à chacun d’entre eux. A la question de leurs réactions devant leur image, il répond sans hésiter : « De la joie, comme s’ils retrouvaient une identité et une forme de reconnaissance à travers l’objet photographique. »

Jean-Philippe Hemery n’a pas photographié les SDF de Saint-Nazaire, il a redonné des visages aux invisibles trop voyants. Ces mêmes visages saisis dans leur dignité ne peuvent qu’interroger notre déni ou notre indifférence, et nous posent la question de la fraternité : ne commence-t-elle pas par un regard sur l’autre ?

*Jean-Philippe Hemery a exposé Boulevard de la fraternité à la salle Jacques-Brel, invité par la Cité sanitaire lors d’un colloque sur l’exclusion. Un recueil de ces photos est en cours de parution. Une partie de sa vente permettra de financer des tirages pour une nouvelle exposition qui se tiendra prochainement au Garage, à Saint-Nazaire, où il a son atelier professionnel, l’autre partie devant être reversée à des associations caritatives de la ville.

Découvrez les photos de Jean-Philippe Hemery sur Boulevard de la Fraternité. Renseignements : jipe.hemery@hotmail.fr

Mireille Peña | Estuaire | Publié le 22 décembre 2015

1 Comment

  1. Belle surprise que ce renouvellement de Boulevard de la Fraternité : B R A V O !

    Vive la créativité et vive l’humanisme
    Rémi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Boulevard de la Fraternite

Theme by Anders Noren adapted for M.etropolis by RavanHUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :