Images par Jean-Philippe Hemery ................................................ à Brigitte

La galerie du Boulevard de la Fraternite

Ils sont là, dans la rue, de plus en plus nombreux. La vie est difficile alors personne ne s’étonne plus de leur présence. On presse un peu l’allure en passant devant eux, par gêne ou par la peur d’être touché directement par cette misère qui progresse. Et pourtant, lorsqu’on prend le temps de s’arrêter, le regard s’étonne et se remet à briller. Ils existent pendant un instant et se sentent redevenus humains. Arrêtez-vous et regardez-les. Je ne leur ai pas volé ces clichés, je les partage avec eux. Jean-Philippe Hemery

Sie sind überall auf den Strassen und werden immer zahlreicher. Das alltägliche Leben ist in unserer heutigen Zeit härter geworden und kaum jemand wundert sich über ihr Dasein. Man schaut geflissentlich weg, fühlt sich geniert, und mehr oder weniger berührt. Doch wenn wir uns ein wenig Zeit nehmen und einhalten; ihr erstaunter Blick erinnert uns daran das es Menschen sind, wie wir alle. Schaut hin und wendet Euch nicht ab. Diese Photo Portraits sind nicht heimlich aufgenommen worden; ich teile und widme sie denen die ich porträtiert habe. Jean-Philippe Hemery

écouter / listen Louis-Ferdinand Céline | From the LP « Louis-Ferdinand Céline » Urania Records (ULRLP 003)

écouter / listen Louis-Ferdinand Céline | Réglement | From the LP « Louis-Ferdinand Céline » Urania Records (ULRLP 003)

14 Comments

  1. Lao Tseu

    On peut faire des prévisions sur tout, sauf sur l’avenir (LAO TSEU)

    • Quentin

      Merci pour cet album, seule trace aujourd’hui de mes années de rue à st nazaire. L’émotion de voir les copains et de repenser à cette époque de vie difficile mais solidaire. Merci pour les sou enirs que ces photos font remonter

  2. Rémi Begouen

    JL Godard l’a dit : ‘La marge, c’est important. Elle encadre le texte, l’image, la vie’… A tort ou à raison, on s’est tous et chacun senti ‘marginalisé’ un jour ou l’autre. Et, dans la société actuelle, on est invité à mépriser de plus en plus les ‘marginaux’, au nom de ‘bosse, consomme’… dans la jungle du ‘marché du travail’ et des ‘prix du marché’… Donc, merci de témoigner de cette marge, continue, l’artiste ! Rémi.

  3. vero

    Trés Bien de Dénoncer L’injustice encore et toujours ! la peur au Ventre Nus tous Nus Dépouillès de tous Mais Certainement pas de leur Ames Merci Merci encore pour ces témoignages Merci à toi J. P .
    Vero .

  4. Simone

    Jeunes ou moins jeunes,ils sont devenus par leur présence et à travers ces photos magnifiques de dignité les témoins vivants d’une époque où l’argent a remplacé le coeur.

  5. clomani

    Je trouve très subversif de consacrer un site à ceux qui ne sont ni visibles ni audibles (sauf lorsqu’ils sont fatigués de résister à toute cette gabegie).
    J’espère que vous allez pouvoir relayer aussi leurs pensées.

  6. ronan

    tu me ravi de c photo de plus la couverture au plaisir de te revoir

  7. bruno

    Ce n’est plus sous les ponts de Paris… pas d’avantage la maison bleue adossée à la colline. La jeunesse est à la rue accompagnée de ses fidèles animaux, autant dérangeante pour un certain nombre d’ entre nous que les « pas normaux »…ce n’est pas du folklore encore moins une « mode » alors quoi? Société en perdition depuis trop longtemps. Jeunesse oubliée, évanouie, mais elle sourie.

    nb: de belles photos jean phi , certaines un peu trop lisses (le numérique?) continu. amicalement

  8. Tony Shooting.L

    Bonjour,
    Un jolie hommage a tout ces acteurs de la rue ,avec de superbe photos.

  9. manou

    a la 1ere ligne de photo la troisieme en partant de la gauche c’est gheorg, un roumain, il est tres gentil. quand vous le voyer n’hesitez pas a aller le voir, lui parler (meme si il comprend pas tout) lui donner une petite piece ou un repas… cette homme ma donner 10euros apres avoir fait la manche toute la journée la veille de noel. Comme ca, juste pour faire plaisir et autant dire qu’il a insister! encore un collegue du foyer pour lequel jai un profond respect.

  10. Sarah Trichet-Allaire

    Beau projet !
    Si un livre voit le jour, nous le prendrions volontier à la librairie.

  11. Frédéric

    merci pour toute ces images fortes, concernantes, parfois dures, mais où la joie éclate parfois…
    je voudrais citer ici Georges Orwell dans son livre sur la dèche : « Si vous parlez à un riche n’ayant pas abdiqué toute probité intellectuelle de l’amélioration du sort de la classe ouvrière, vous obtiendrez le plus souvent une réponse du type suivant : « Nous savons bien qu’il n’est pas agréable d’être pauvre ; en fait, il s’agit d’un état si éloigné du nôtre qu’il nous arrive d’éprouver une sorte de délicieux pincement au cœur à l’idée de tout ce que la pauvreté peut avoir de pénible. Mais ne comptez pas sur nous pour faire quoi que ce soit à cet égard. Nous vous plaignons – vous, les classes inférieures – exactement comme nous plaignons un chat victime de la gale, mais nous lutterons de toutes nos forces contre toute amélioration de votre condition. Il nous paraît que vous êtes très bien où vous êtes. L’état des choses présent nous convient et nous n’avons nullement l’intention de vous accorder la liberté, cette liberté ne se traduirait-elle que par une heure de loisir de plus par jour. Ainsi donc, chers frères, puisqu’il faut que vous suiez pour payer nos voyages en Italie, suez bien et fichez nous la paix. »

  12. Quentin

    Merci pour cet album, seule trace aujourd’hui de mes années de rue à st nazaire. L’émotion de voir les copains et de repenser à cette époque de vie difficile mais solidaire. Merci pour les sou enirs que ces photos font remonter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2022 Boulevard de la Fraternite

Theme by Anders Noren adapted for M.etropolis by RavanHUp ↑